top of page
32_30_NOV_BOBILLOT_ST_ANNE_BUTTE_1.jpg

© Marielle Durand

carnets 
d'ailleurs 
EST LÀ !

Depuis très longtemps nous avions envie de vous faire partager notre vision du voyage, celui qui se vit par le biais du dessin, de l’aquarelle, de l’observation délicate…

Le carnet de voyage, c’est un peu le symbole d’une ouverture sur le monde « durable » et non-violente, celui

du « slow travel », loin de l’hyper-consommation touristique.

 

CARNETS D'AILLEURS est né ainsi : un magazine dessiné qui provoquerait des envies de découverte tout près de chez soi, mais aussi à l’autre bout du monde, dans le respect des peuples, de leurs cultures, du monde qui nous porte et nous nourrit…

 

Nous avons voulu un objet qui se découvre progressivement dans sa forme et dans son contenu, une mise en page élégante et claire, qui saurait s’effacer pour mettre en avant des dessinatrices et dessinateurs de talent du monde entier. Un objet à savourer, à conserver et qui résisterait au temps…

 

Ces artistes hors du commun nous font partager par leurs textes et leurs dessins la relation intime qu’ils ou elles ont nouée avec un pays, un lieu, un peuple…

Ils présentent ici leur univers, leur style propre, leur expérience avec une réelle sensibilité et nous initient

à cet état d’esprit dont ils ont fait un art de vivre : prendre

le temps et le risque de sortir de leur zone de confort,

à des milliers de kilomètres ou au coin de leur rue,

de parcourir le monde et d’ouvrir grand leurs yeux.

 

CARNETS D'AILLEURS c’est aussi découvrir nos livres coups de cœur, des évènements incontournables, et nos rencontres culinaires ; c’est partir ensemble sur les traces

d'auteurs dans des bandes dessinée inédites.

 

Alors, avant de vous laisser prendre le large, nous voulions chaudement vous remercier d’avoir embarqué avec nous : un énorme MERCI, c’est bien grâce à vous

que cette revue existe !

« Je voyage pour le plaisir de voyager. L’important est de bouger, d’éprouver de plus près les nécessités et les embarras de la vie, de quitter le lit douillet de la civilisation », écrivit un jour Stevenson.

L'équipe

bottom of page